Rencontre avec Céline Cloet, Responsable assurance qualité chez ETC. On parle de l’ennoblissement de textiles en France dont celui de La Poche PAïSAN. 

Que cultivez-vous ?

Ici, nous faisons de l’ennoblissement de textiles, donc on apporte de la couleur ou du dessin à la matière textile.

Que signifie l’acronyme ETC ?

ETC c’est Ennoblissement Technique de Cernay. On est en Alsace à Cernay, à vingt minutes de Mulhouse.

Un savoir-faire sur les métiers textile ?

Il y a un grand savoir-faire sur notre usine qui a plus de 200 ans. Au début c’était un savoir-faire textile habillement et ces dernières années on fait beaucoup de tissus techniques.

C’est quoi l’ennoblissement ?

En fait on apporte le tissu quand il est tombé de métier, quand il est tissé, on lui confère une hydrophilité pour pouvoir le teindre, ou alors pour pouvoir l’imprimer.

Quelques exemples de techniques ?

Un tissu coton, quand il va arriver, va être encollé par le tissage au préalable. Donc nous on va le désencoller, pour pouvoir lui apporter une hydrophilité pour pouvoir le teindre. Et le flambage, ça va être le fait de passer la matière sur une flamme tout simplement, pour enlever toutes les fibrilles en surface du tissu pour qu’il soit bien net.

Ensuite, tout ce qui est mercerisage, blanchiment, c’est encore pour donner cette hydrophilité à la matière, pour pouvoir le teindre correctement, qu’il y ait un bel unisson, et pour que le colorant pénètre au cœur de la fibre.

Et avec le lin ?

Avec le lin on va procéder de la même manière. Pour PAïSAN nous allons juste le débouillir, pas le blanchir, lui apporter une hydrophilité maximale et après nous allons le teindre avec du colorant réactif qui est dédié à la teinture des fibres cellulosiques, qui a une vraie affinité tinctoriale avec la fibre cellulosique par une liaison chimique solide.

ETC, PAïSAN©

Une cuisine-labo pour la meilleure teinte ?

Plus qu’une cuisine parce que nous sommes bien équipés. Nous sommes équipés d’un spectrocolorimètre et d’une picteuse automatique 2’30 pour bien peser nos colorants et étudier les coloris, les nuances. Donc les coloris seront étudiés, les formules des recettes coloris seront étudiées dans ce laboratoire.

Une fibre naturelle se traite comme une fibre synthétique ?

Non, il faut savoir que comme la fibre coton a un pigment naturel dessus qui donne au coton cette couleur jaune, donc quand on veut des coloris pastels ou clairs, on va dépigmenter donc on va blanchir ce coton pour lui enlever sa couleur naturelle mais pour certains coloris cela peut être évité.

La machine qui illustre le plus votre savoir-faire ?

Je dirais qu’on a la chance d’avoir un parc machines très varié qui permet de teindre aussi bien du tricot que du chaine et trame donc je ne privilégie pas une machine parce que justement cet équilibre entre tout notre parc machines nous permet d’être aujourd’hui encore là, car quand certains marchés baissent, et bien d’autres remontent donc on a un beau parc machines qu’il faut préserver.

Vous avez une station d’épuration biologique ?

Tous nos rejets sont traités sur ce site, dans notre station d’épuration. Donc les rejets sont d’abord neutralisés et ensuite sont traités avec un bassin biologique, donc ce sont des bactéries qui vont manger la pollution, et ensuite l’eau est rejetée dans le milieu naturel, pour être conforme à la réglementation.

Un tissu teint peut-il être recyclé ?

Oui, en fait c’est de la fibre donc pour le recyclage il peut être remis sous forme de fibre, de bourre, donc il va être ébouriffé dans des machines spéciales, donc il y a des entreprises qui font cela et après on peut retrouver de la fibre textile dans l’isolation du bâtiment, dans du rembourrage de matelas ou de coussin, sans utiliser d’eau à outrance.

Portrait de Céline Cloet par PAïSAN©

Une tendance de couleur de teinte ?

L’évolution des couleurs se fait beaucoup dans l’habillement parce que il y a des collections et des modes. Dans le tissu technique, moins, parce qu’on va rester sur des textiles à usages techniques, où les objets sont récurrents et on reste sur des coloris standards.

Votre couleur préférée ?

C’est le bleu.

Le bleu PAïSAN ?

Voilà !

Votre ennoblissement préféré ?

En fait cela va refléter le parc machines, il n’y a pas de préférence, je trouve que chaque fibre a ses spécificités et sa fonction, donc il faut les utiliser à bon escient et par ses caractéristiques. 

Un objet de votre quotidien ?

Alors en ce moment c’est le masque. Chez ETC on est très fiers de ce masque, car avec la crise sanitaire, on a eu nos commandes qui ont chuté du jour au lendemain, et on a su rebondir par cette création de masque qui est sans accessoire.

Donc on peut le laver, le faire bouillir, il n’y a pas d’élastique qui va se détériorer et il est très agréable au porter, il a un aspect velours à l’extérieur et coton à l’intérieur. Il a été testé, il est de catégorie 1 donc il protège les autres et il me protège, et par sa co-texture il permet d’avoir une filtration très importante et aussi cette filtration permet pour ceux qui portent des lunettes de de pas avoir de buée sur les lunettes.

On est très fiers car le tricot est français, et nous on le lave, il est coupé aussi en France, le patron c’est nous qui l’avons créé et c’est nous qui faisons les petits dessins d’impression. Voilà ETC est fière pour cela.

Ennoblissement de La Poche PAïSAN

Votre regard sur le projet PAïSAN ?

C’est un beau projet parce qu’il faut sensibiliser les gens à l’industrie française et aussi l’industrie comme nous qui sommes ISO 14001, on a toujours des projets pour s’améliorer et notamment améliorer l’environnement, donc diminuer nos rejets et nos déchets, c’est toujours une réflexion au quotidien dans chaque développement et dans chaque innovation de projet.

Un lieu à nous faire découvrir ?

Ici en Alsace on a la plaine, et le massif des Vosges à côté donc c’est vraiment très sympathique à visiter l’Alsace parce que vous avez les villages avec les viticulteurs et en même temps, si on aime bien la randonnée, les Vosges c’est magnifique, en été, en hiver, à chaque saison, c’est très familial donc il faut le découvrir.

Et pour cultiver le lien, une personne ou un collectif à nous conseiller pour une prochaine interview ?

Il ne faut pas hésiter à aller découvrir toutes les entreprises françaises au niveau du textile, parce qu’on parle beaucoup des industries de pointe comme l’aéronautique ou l’automobile, mais il ne faut pas oublier le textile et on le voit là en cas de crise sanitaire que on s’est rappelé à nous.

Vous pouvez visionner l’interview de Céline Cloet
sur notre chaine Youtube ou notre chaine IGTV

Cultiver le lien en retrouvant ETC sur leur site : etcernay.com