Deux ans déjà que Laurent et Nicolas ont relancé le camion et la recette de la grande tante qui se faisait appeler “Madame Gaufres”. Face à la magnifique Baie de Somme, Ils cultivent la “liégeoise” au sucre perlé et désormais avec leurs tabliers PAïSAN brodés !

Que cultivez-vous ?

Nous sommes artisans de gourmandises populaires, de qualité et bien faites dans une ambiance détendue. Nous travaillons depuis deux ans dans un camion basé à Saint-Valery-sur-Somme.

Elle est où la baie ?

Tracez un triangle entre Paris, Londres et Bruxelles, vous trouverez au centre un écrin de nature préservée, un horizon dégagé au bord de La Manche où prendre un énorme bol d’air : la Baie de Somme. À l’embouchure, deux villages se font face : Saint-Valery et Le Crotoy.

PAïSAN rencontre La Baie Les Gaufres

La gaufre du jour ?

Celle qu’on voulait proposer pour les deux ans de notre activité dans quelques jours, la gaufre nappée de crème de châtaignes avec une touche de crème fouettée maison. Avec la situation actuelle, nous allons conserver cette recette pour plus tard, histoire de fêter cet anniversaire dignement.

Vous faisiez quoi avant ?

Comme toute bonne reconversion, nous étions loin de l’univers de la gaufre. Nicolas travaillait dans les avions et Laurent dans les bureaux. La quarantaine passée, l’envie de quitter Paris s’est renforcée. Un changement de cadre pour retrouver le goût des choses simples et un cadre de vie plus paisible.

PAïSAN rencontre La Baie Les Gaufres

Et le camion ?

Vous voulez dire les camions ? Depuis 1960 se sont succédé deux « Tube » Citroën et un Peugeot « J9 ». Le camion de gaufres avant la mode des foodtrucks. Autant vous dire qu’à l’heure du goûter, le fumet délicieux des gaufres en cuisson générait une longue queue d’attente sur la plage ! L’histoire continue aujourd’hui, toujours en J9, de l’autre côté de la baie.

Saviez-vous que le fondateur de Nike a créé sa première semelle dans un moule à gaufre ?

Chouette, une nouvelle anecdote à raconter au camion ! Nos gaufres n’ont ni le goût ni la texture d’une semelle, fort heureusement. Ceci étant, cela ne nous étonne pas que le motif de la gaufre ait servi pour marquer une empreinte. Ce dessin si particulier fait que la gaufre est très reconnaissable et a l’avantage d’aérer la pâte à la cuisson : briochée à l’intérieur, croustillante et caramélisée à l’extérieur. « Gaufrer » c’est aussi un terme de haute couture, quand on applique un motif à un tissu. Bref, on est dans l’excellence !

Contents de vos tabliers PAïSAN ?

Grâce à la broderie, on va enfin savoir qu’on s’appelle « La Baie Les Gaufres » – petit clin d’œil au film La Baule-Les-Pins dont on aime tant l’ambiance – et non « le camion de gaufres ». Donc très contents et très fiers, ils ne feront que renforcer cette image de qualité vraie qui nous tient à cœur. Merci !

Votre regard sur PAïSAN ?

Une découverte récente par un lien justement. Des gens qui nous ressemblent, des valeurs qui nous tiennent, une action qui est l’avenir, une belle communauté !

PAïSAN rencontre La Baie Les Gaufres
PAïSAN rencontre La Baie Les Gaufres

Mais c'est une spécialité wallonne la gaufre ?

En effet ! La nôtre est de type « liégeoise », mais comme nous le disons à nos clients Belges qui viennent toujours la goûter quand ils sont en baie, il n’y a pas qu’à Naples qu’on fait d’excellentes pizzas ! D’ailleurs, notre recette existe depuis 1960, date à laquelle la grande tante de Nicolas a commencé dans un premier camion au Crotoy. Elle se faisait alors appeler “Madame Gaufres”.

Vous avez de la pâte et du sucre ?

Le plus important, ce sont la farine – du dernier moulin en fonction dans la Baie de Somme, les Moulins Riquier – et les œufs fermiers de la région. Et bien sûr, le sucre perlé qui fait la particularité des gaufres liégeoises : de gros grains qui caramélisent à la cuisson. Le tout avec un savoir-faire particulier pour cette pâte sensible.

Cassonade ou sucre glace ?

Sucre glace bien sûr ! Il sucre tout en se faisant oublier et donne ce petit côté « goûter de plage » comme dans les souvenirs d’enfance de Nicolas sur la plage du Crotoy. Nous avons aussi quelques recettes plus gourmandes comme le chocolat noir, le sirop d’érable ou le caramel beurre salé. De quoi répondre à toutes les envies.

Et le café, le chocolat et les glaces ?

Ce n’est pas parce que nous travaillons dans un camion que nous ne mettons pas un point d’honneur à proposer, en plus d’excellentes gaufres, des produits aux ingrédients nobles : chocolat de la Manufacture Cluizel (pour fourrer les gaufres ou pour le chocolat chaud), sirop d’érable bio québécois Escuminac, café de spécialité du torréfacteur Café Mokxa, glaces gourmandes aux saveurs intenses Emkipop, sorbets bio Maison de la Glace. De quoi réaliser des goûters réussis !

PAïSAN rencontre La Baie Les Gaufres

Vous ne vous êtes pas gaufrés en venant ici ?

Nous avons eu la chance de relancer un camion qui a une histoire dans la région et qui a régalé plusieurs générations de gourmands depuis les années 60. Nous avons donc démarré avec un a priori très positif parce que le camion était à l’arrêt depuis cinq ans et son retour était très attendu. Mais il fallait ne surtout pas « se gaufrer » et pour cela garder la même recette et le même savoir-faire. « Se gaufrer », tomber, chuter, vient d’ailleurs du fait que la gaufre, en argot, c’est la tête. C’est un peu comme dire « se casser la figure ».

PAïSAN rencontre La Baie Les Gaufres

Un lieu à nous faire découvrir ?

Un banc devant la chapelle des marins à Saint-Valery, qui domine toute la baie. Un lieu à l’écart pour faire une pause et observer le mouvement des marées.

Un lien pour une prochaine interview ?

Trois adresses de Saint-Valery, pas moins :
– la boutique La Sardine, aux délicieux plaisirs de la mer et précieux objets de la baie
– l’atelier Terre de Louise et la boutique où Louise Defente regroupe ses céramiques et sculptures avec les créations de plusieurs artisans locaux
– le restaurant Baie, une table d’hôtes venant d’une rencontre entre artisans de la région pour créer vaisselle et mobilier sur mesure et d’un dialogue permanent avec maraîchers et producteurs locaux. Et aussi la Troupe Solilès, une compagnie artistique dont l’idée est que les plus grandes œuvres de l’humanité doivent être partagées au plus grand nombre.

Avons-nous oublié une question ?

Pourquoi vous ne faites pas de crêpe au nutella ? La question que nous posent certains clients et qui nous amuse ! Parce que culture populaire ne veut pas dire mauvais goût et que si nous prenons le temps de faire de bonnes gaufres, nous n’avons pas le temps de faire autre chose, en l’occurrence des crêpes, ou des chichis, ou des beignets… 😉

PAïSAN rencontre La Baie Les Gaufres

Cultiver le lien en retrouvant La Baie Les Gaufres
sur Instagram : @labaielesgaugres
et sur labaielesgaufres.eatbu.com