Dans sa nouvelle vie, Karine se refuse à créer des séries d’objets identiques. Alors elle joue avec la porcelaine et vos mots pour associer utilitaire et unique.

Que cultivez-vous ?

Je suis céramiste. Il y a 7 ans, j’ai changé de vie professionnelle, j’ai décidé de passer un CAP de tourneur. Je fabrique des objets, utilitaires (ou non) en porcelaine.
J’ai regroupé les pièces utilitaires sous la marque « Les Petits Gobelets ». J’y façonne, sur le tour, des gobelets mais aussi des luminaires et toutes formes de vaisselles.
Avec ce métier, je cultive, la patience, le calme, la volonté, la recherche de l’équilibre car la maîtrise ne vient qu’avec le temps et que la porcelaine est une matière complexe à manier, elle nécessite fermeté et douceur. Mais ce qui caractérise mon travail est certainement la recherche de la parfaite imperfection. Je prends du plaisir à faire des pièces différentes, aucune n’a exactement la même forme que la précédente, c’est à cette condition que je peux mettre de moi dans chacune d’elles et donc, pour répondre à votre question, je cultive l’unicité imparfaite !
J’aime essayer de nouvelles formes, explorer différentes pistes de travail, pousser la matière le plus loin possible, c’est un jeu infini. J’ai appris à faire des séries identiques et c’est tout ce que je refuse aujourd’hui.

C'est quoi un gobelet ?

Un gobelet, c’est une multitude de choses ! En fonction des tailles, cela peut être un tasse à café, un verre, un mug, un mini vase, un porte ustensile, un support pour mettre les herbes aromatiques… et retournés, ils deviennent des abat-jours !

paisan_petits_gobelets_base

C’est quoi les mirettes ?

Les mirettes sont des petits outils en métal et bois qui permettent de travailler les objets lorsqu’ils commencent à sécher et qu’on peut les tournasser, cela consiste à retirer l’excès de matière au pied des pièces.

Et la barbotine ?

La barbotine est un mélange d’eau et de terre, c’est une sorte de boue qu’on peut utiliser colorée pour décorer les objets mais qui sert également de colle pour fixer les anses sur les tasses et les becs sur les théières.

Votre rencontre avec la matière ?

Il y a très longtemps, j’ai eu un besoin de toucher la terre, de travailler avec mes mains et de façonner des choses moi-même. Pendant ma formation et après, j’ai eu l’occasion de travailler avec de nombreuses terres mais je me suis arrêtée sur la porcelaine car sa douceur et sa finesse sont incomparables.

Vous ne travaillez qu’avec de la porcelaine ?

Je fais quelques rares infidélités à la porcelaine pour fabriquer des pièces plus « rustiques ». J’aime bien alors utiliser la terre de Brach qui change de couleur en fonction des degrés de cuisson mais ma matière de prédilection est quand même la porcelaine, elle n’a besoin d’aucun émaillage particulier pour être très belle.

paisan_petits_gobelets_phrases

Un lieu à nous faire découvrir ?

Je dirais la galerie des plâtres du musée Rodin de Meudon. Un lieu incroyable, presque toujours désert, caché et qui conserve dans un même espace ouvert presque toutes les sculptures en plâtre du sculpteur.

Une personne ou un collectif à nous conseiller pour une prochaine interview ?

@faienceriesdartdemalicorne (l’un des plus vieux faïenciers de France) et @cyrille_borgnet (un artiste qui fait naître des arbres du béton).

paisan_les_petits_gobelets_karine_dupont_borgnet

Karine Dupont Borgnet – © Caroline de Testa

Quelles sont les étapes de création d’un gobelet ?

Les étapes sont assez nombreuses. Tout d’abord il faut préparer la porcelaine, découper les quantités voulues en fonction des pièces à fabriquer, peser la terre et la travailler pour la préparer au tournage, on forme des boules qui sont façonnées une à une sur le tour.
On attend ensuite quelques jours pour pouvoir tournasser les gobelets, c’est-à-dire les retravailler au tour pour faire les détails des pieds et lisser les pièces. C’est aussi à cette étape que les inscriptions sont faites. Arrive alors le temps du séchage, il dépend de la taille, de l’épaisseur des objets mais aussi de la température ambiante et de l’humidité. Lorsque le séchage est terminé, on peut remplir le four pour une première cuisson à 980°.
Le temps de monter en température et de redescendre il faut compter environ 24 heures pour poursuivre les étapes. La suivante consiste à plonger les pièces dans un bain d’émail puis de relancer une cuisson, à 1280° cette fois, et attendre une trentaine d’heure avant de pouvoir enfin découvrir les pièces finies.

D’où viennent vos inspirations ? 

Mes inspirations sont partout, elles viennent aussi bien de ce que je vois que de ce que je lis ou imagine. Elles arrivent souvent d’essais non concluants ou d’erreurs qui débouchent sur de nouvelles idées. Mais plus généralement, tout est inspiration, un lieu, une parole, une musique. Vivre est inspirant.

Vos gobelets sont personnalisables ?

Oui, je deviens la messagère ! Chacun peut me demander d’inscrire les messages qu’il (ou elle) souhaite voir apparaître sur ses gobelets mais également choisir entre les différents formats, modèles et couleurs. Personne n’aura le même que son voisin.

paisan_petits_gobelets_mots

Votre regard sur PAïSAN ?

PAïSAN représente pour moi le vrai modernisme, sa démarche qui consiste à trouver des produits justes, issus d’une fabrication locale, raisonnée, raisonnable et humaine me parle. Des objets qui dépassent les modes, qui durent, voilà ce vers quoi nous allons j’espère.

Un objet de votre quotidien ?

Un gobelet bien sûr, il m’accompagne dans toutes mes pauses !

paisan_petits_gobelets_ambiance

Découvrez toutes nos rencontres.

Cultivez le lien en retrouvant Karine Dupont Borgnet surinstagram @lespetitsgobelets ou sur son site lespetitsgobelets.fr/