Rencontre avec Sarah, fondatrice de L'alchimiste, marque de lessive écologique pour prendre soin de son linge, de sa santé et de l'environnement.

Que cultivez-vous ?

Chez L’alchimiste, on cultive une philosophie : celle du moins de chimie et plus d’alchimie.

L'alchimiste, c’est quoi ?

L’alchimiste c’est une gamme éco-friendly de produits de soin pour le linge.

Qu’est-ce qu’il y a dans votre lessive ?

La composition de la lessive est ultra minimaliste. C’est vraiment une volonté de garder uniquement les ingrédients essentiels et de se passer de tout le reste. Du coup, on a une lessive avec cinq ingrédients.

On a du savon de Marseille sans huile de palme, à l’huile d’olive, fabriqué dans une savonnerie familiale à Marseille. On a du bicarbonate de soude et des cristaux de soude. Donc jusque-là c’est vraiment les trois ingrédients que tout le monde connaît et qui sont utilisés pour tous les DIY de lessive maison.

À ça donc, nous y avons ajouté du citrate de sodium. C’est un ingrédient d’origine naturel qui va agir comme séquestrant, pour protéger et faire durer le lave-linge. Puis, on a également ajouté des enzymes, qui sont des micro-organismes vivants. Ils vont aller grignoter toutes les petites tâches et renforcer l’efficacité de la lessive.

Est-ce du véritable savon de Marseille ?

Oui, on utilise un vrai savon de Marseille. Il est fabriqué dans une savonnerie familiale, à côté de Marseille, selon le vrai processus traditionnel de cuisson au chaudron.

Quel est l’impact d’une lessive industrielle sur l’environnement ?

Il y a tellement de molécules et de substances chimiques différentes. Du fait de ces compositions à rallonge ultra-chimiques, l’eau usée ne peut pas être bien filtrée dans les stations d’épuration. Du coup, il y a plein de produits chimiques qui se retrouvent dans les rivières et les océans.

Et là, ça va aller générer une pollution assez importante et perturber tous les micros-organismes vivants. Donc en terme d’environnement, c’est ultra polluant et ultra dangereux.

Puis, on a aussi, grosso modo, une offre de lessives traditionnelles avec des packagings en plastique jetable. Donc dans une famille, on va consommer en moyenne 1 bidon de lessive tous les deux mois. Cela fait quand même 6 gros bidons de lessive en plastique, qui ne va pas être recyclé. Soit aussi une consommation de déchets importante !

Quelle est la différence entre la lessive liquide et en poudre ?

Il n’y a pas vraiment de différence entre la lessive liquide et la lessive en poudre. C’est avant tout une question de préférence et d’habitude. Après, pour tout ce qui est linge délicat, on va plutôt préférer la lessive liquide qui est plus adaptée.

Dans notre gamme, nous proposons les deux. Et notre lessive liquide a une petite spécificité : pour réduire encore notre impact environnemental, on a enlevé toute l’eau. Elle se présente dans une bouteille en verre avec le mélange déjà prêt à l’intérieur. Donc c’est à vous d’ajouter de l’eau chaude, de remuer et de préparer votre lessive liquide en 30 secondes !

Pourquoi avoir choisi de ne pas mettre de parfums ?

En effet, on a choisi de ne pas parfumer notre gamme de lessive. En fait, même s’ils sont d’origine naturelle, les parfums ont toujours un pouvoir allergisant assez fort. Ce sont aussi des perturbateurs endocriniens. Même les huiles essentielles. Donc ok pour une lessive parfumée, mais ce n’est clairement pas le choix le plus sain que vous puissiez faire pour votre santé.

C’est pour cette raison que nous n’avons  pas mis de parfum dans nos formules. Finalement, on incite vraiment les gens  à dépasser ces habitudes et ces anciennes croyances qui sont ancrées. Il faut arrêter de se dire qu’un linge propre, c’est forcément un linge parfumé. En fait, le propre n’a pas d’odeur ! C’est juste une petite detox à faire : au bout de quelques semaines, on se déshabitue totalement. Et on s’en porte très bien !

On peut s’en servir sur tous types de textiles ?

Alors, nos lessives peuvent s’utiliser sur tous les textiles. Elles sont efficaces même à basse température ou même à froid. Après simplement, si on a beaucoup de linge délicat, on va plutôt préférer la lessive liquide.

Comment fonctionne l'abonnement L’alchimiste ?

L’offre d’abonnement a été pensée comme un service pour simplifier la vie. La première fois, vous recevez votre contenant en verre réutilisable. Ensuite, tous les deux mois, de manière automatique, vous recevez des petites recharges directement dans votre boîte aux lettres. L’idée c’est de pouvoir recharger votre lessive sans même avoir à y penser et sans vous retrouver à court de lessive.

Si on veut se lancer, est-ce facile de faire sa lessive soi-même ?

Oui, faire sa lessive soi-même c’est très simple ! C’est très accessible. Nous, c’est vraiment une démarche qu’on encourage. On organise souvent des ateliers “lessive maison” pour vous donner nos tips pour réussir votre lessive.

Donc simplement, trouvez-vous une bonne qualité de savon de Marseille, sans huile de palme de préférence. Il y a beaucoup de recettes qui existent sur Internet. Parfois, il faut en tester 2-3 avant de trouver la bonne qui nous convienne et ensuite on est parti !

Avez-vous des projets de futurs produits sains et beaux ?

Alors L’alchimiste aujourd’hui, c’est l’univers du linge. On est en train de développer une gamme de tous les produits nécessaires pour prendre soin de votre intérieur. Et ce, de façon saine, en respectant votre santé et en respectant l’environnement.

Un objet de votre quotidien ?

Pour rester dans la thématique “maison saine et minimaliste”, c’est le savon de Marseille. Moi j’ai un cube, qui a remplacé 15 produits. Je l’utilise pour détacher mes vêtements, pour faire ma vaisselle, sous la douche, en savon à mains. Je l’utilise dans plein de mes recettes de DIY. En fait pour moi c’est vraiment un indispensable !

Photographie : L’alchimiste

Un lieu à nous faire découvrir ?

Alors, pour changer un peu de l’univers de la maison et du ménage, en lieu à recommander c’est vraiment ma cantine quand je travaille en home office. Ce qui est du coup souvent le cas en ce moment. C’est dans le 10ème (Paris), un resto qui s’appelle Jah Jah by le Tricycle.
Ils proposent de la cuisine vegan sans gluten, super bonne. Super simple : peu d’ingrédients mais vraiment des bons petits plats. Et en plus, dans une démarche zéro déchet.

C’est pas mal le cas en fait dans le quartier, dans le 10ème, côté rue de Paradis. Tous les commerces sont zéro déchet. Donc dans n’importe quel resto, on arrive avec notre bol en verre et tout est adapté pour qu’on puisse repartir sans tous les petits couverts et les petits plats en carton.

Et pour cultiver le lien, une personne ou un collectif à nous conseiller pour une prochaine interview ?

Cela pourrait être assez intéressant d’aller interviewé un ESAT (Établissement et service d’aide par le travail). Ce sont en fait des structures sociales qui emploient des personnes en situation de handicap. Aujourd’hui, il y a beaucoup de start up qui commencent leur activité avec ces ESAT.

Pour L’alchimiste, pendant toute la première année, ils étaient vraiment partie intégrante du projet. Ils s’occupaient de notre production, du conditionnement et de l’expédition de nos colis. C’est un vrai engagement social aussi de travailler avec eux et c’est super intéressant la façon dont ils sont organisés.

Vous pouvez visionner l’interview de Sarah Bonomo
sur notre chaîne Youtube ou notre chaîne IGTV.

Cultiver le lien en retrouvant L'alchimiste sur leur site : lalchimiste.paris ou sur Instagram : @lalchimiste.paris